La nouvelle star saison 6

Site sur la nouvelle star et discussions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Virginie Efira se met à nu

Aller en bas 
AuteurMessage
missanne
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 539
Age : 58
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Virginie Efira se met à nu   Dim 27 Avr - 20:22

C’est toujours avec un grand intérêt qu’on suit le parcours de Virginie Efira, une animatrice bien de chez nous que les Français ne veulent plus nous rendre. À 30 ans (elle en aura 31 le 5 mai prochain), la jolie blonde mène sa barque avec brio. Certes, elle présente “La nouvelle star” (diffusée sur Plug TV), mais elle a également réussi à s’imposer au cinéma, dans le doublage vocal (“Robots”, “Max & Co”), dans la fiction télévisée (“Off prime”), et au théâtre. Un succès qui lui vaut des fans parfois un peu trop insistants… Elle nous raconte tout.

Heureuse aux commandes de “La nouvelle star” ? Aucun regret ?
Aucun. De plus en plus de monde – du public, des amis… – cherche à assister aux émissions qui se déroulent au pavillon Baltard. Et de plus en plus de copains me demandent des tickets d’entrée, mais même moi, en ma qualité d’animatrice, je n’en ai droit qu’à cinq. J’ai une liste de vingt-cinq personnes qui attendent que je leur délivre une place… D’autre part, les studios de télévision sont généralement glauques, mais celui-ci a un magnifique cachet. Je dirais même qu’il dégage de bonnes ondes ; en plus, je ne dois plus me contenter d’un périmètre d’action restreint ; cette saison, je peux beaucoup plus bouger sur la scène ! Que du bonheur !

Êtes-vous plus à l’aise au cœur de l’émission du fait du changement du jury ?
Oui. Jusqu’alors, on m’avait intégrée dans une équipe existante. J’entretenais des relations empreintes de respect avec le jury. Je ne souhaitais pas le déranger. J’acceptais le rôle qu’il voulait bien m’octroyer. En fait, j’ai un côté soumis. Je m’incline devant l’ancienneté, je ne suis pas du genre à bouleverser les habitudes, et je ne voulais absolument pas être autoritaire. Marianne James, Manu Katché, Dove Attia et André Manoukian étaient charmants avec moi, mais ils me voyaient comme un substitut de Benjamin Castaldi (qu’elle a remplacé, ndlr), même si j’espère dégager quelque chose de différent (rires)… J’avais l’impression qu’ils me donnaient juste la fonction de l’instrument de la télé. Alors, oui, le fait d’avoir un nouveau jury facilite nos rapports. Et puis, se produit un petit quelque chose de plus générationnel, et ce n’est pas nécessairement une question d’âge. Je me sens plus proche d’un Sinclair, par exemple…

Le fait que Lio soit belge facilite vos relations ?
Oui, bien sûr. Elle et moi, nous nous étions déjà rencontrées. Elle appréciait beaucoup Patrick (Ridremont, l’ex-mari de Virginie, ndlr). Nous avions souvent mangé ensemble. À l’époque, cette chanteuse m’impressionnait énormément, et je craignais qu’elle me regarde comme la pauvre animatrice blonde et décérébrée. Or, quand je suis tétanisée de la sorte, je ne parle plus, préférant observer. Heureusement, ce n’est plus le cas. Lio a franchement un truc spécial. Ma mère m’a même dit : « La semaine prochaine, essaye d’avoir l’air plus jeune qu’elle ! » Cette artiste, qui est réellement d’une beauté hallucinante, – et je l’ai vue sous toutes les coutures ! –, entretient un chouette rapport avec les femmes. C’est une jusqu’au-boutiste dans les sentiments. Et je ne parle pas de son intelligence…

L’étiquette de la jolie blonde vous poursuit-elle encore parfois ?
Disons qu’à 25 ans, j’étais moins sûre de moi. D’ailleurs, heureusement qu’on n’a pas tous une pleine confiance en soi, qu’on est constamment soucieux de ce qu’on dégage… Cependant, aujourd’hui, je ne me soucie pas vraiment de mon image. Évidemment, lorsque mon rôle, comme celui dans “La nouvelle star”, consiste à répéter des numéros de téléphone, afficher une véritable identité est compliqué. Par chance, dans cette même “Nouvelle star”, je bénéficie d’une liberté qui me permet de tenir un discours du genre « Je m’auto-fatigue à vous le répéter, appelez le 0… » Je réfléchis quand même à la teneur de mes propos pour ne pas avoir l’air aseptisée en lançant ces numéros. J’avais envie de me défaire de mon côté “petit soldat” qui n’engendrait pas d’émotion. Je voulais gommer le style propret qui ne m’intéresse pas beaucoup. Franchement, j’ai peur des tics d’animateur, des paroles redondantes comme « Mettez une ambiance de feu ! » »

Parvient-on encore à être complètement soi-même quand on a été harcelée par un fan (un homme tentait, par tous les moyens, d’entrer en contact avec elle, ndlr), au point de porter plainte à la police, comme cela a été votre cas ?
Oui. Je me dois de rester juste face aux téléspectateurs. Je deviendrais dingue si je m’interdisais d’être proche des gens. Sincèrement, ces histoires de fans, je n’y pense plus. Finalement, l’élément le plus perturbant, c’est que je n’ai pas fait état publiquement de cette affaire, et que tout le monde a été au courant. Autant dire aussi qu’en raison de cette médiatisation, la personne concernée, malade, ne va pas s’en porter mieux. En outre, la plainte a été déposée au nom de la chaîne. Je m’étonne également de la désinformation qui en a suivi. Ce fait assez commun a été grossi. Quand j’ai entendu le reportage qui lui a été consacré sur RTL, je me suis demandée si les journalistes n’étaient pas tombés sur leur tête. Je n’étais pas sous surveillance policière ! J’ai eu peur de lire tout ce qui avait été écrit sur le sujet. Car moi, je n’ai pas la trouille des excès comportementaux de fans. Il y a une marge avant qu’ils ne deviennent dangereux… Je reçois parfois du courrier incroyable : du porno extrême, du trop positif ou du trop négatif, symboles du mal-être des gens. Mais je n’en suis pas du tout bouleversée.

Comment faites-vous pour préserver votre vie privée ?
Je pensais correctement m’en sortir, parvenir à me protéger, néanmoins, ces derniers mois, j’en ai eu pour mon grade. Tant de choses fausses ont été couchées sur le papier…

Comme vos romances avec le comédien Melvil Poupaud ou avec Sinclair de la “Nouvelle Star”?
Ah, il y en a une qui est vraie…

Celle avec Melvil Poupaud ?
Oui. J’essaye de cacher ma vie privée, je n’en parle jamais, car je suis mal à l’aise avec ça. En Belgique, me raconter un peu plus me semblait plus logique, la presse est différente ; en outre, j’étais mariée… Je fais donc attention à ne pas m’exposer, mais le plus ennuyeux reste les fausses infos. Quand on me lie à Bob Sinclair, c’est gentil, mais pff…

Comment réagissez-vous ? Besoin de relater la vérité ?
Je ne sais pas, je suis partagée. Si je rectifie les données, je parle de mon intimité, et si j’en parle, c’est comme si j’étais complice. Je me connais, et il vaut mieux que je ne m’étende pas sur le sujet. L’inverse équivaudrait à un manque de pudeur, c’est comme si je disais tout à tous ! Parfois, je me suis aperçue d’être suivie par des photographes. C’était comique, j’avais l’impression d’être dans un épisode de “Derrick”. Mais quel intérêt ? Cela étant, il ne faut pas chercher à tout contrôler, car de toute façon, on ne peut rien maîtriser. Toutefois, je ne vais pas m’attabler à la terrasse d’un café avec un copain. Je me souviens même de mon frère qui voulait m’attacher un collier autour du cou, et je lui ai spontanément dit de ne le faire qu’à l’intérieur ; j’avais peur qu’on croie que c’était mon mec ! Mon frangin, sidéré par mon attitude, m’a demandé si j’étais malade ! Je suis devenue paranoïaque. Car d’une seule photo, on peut imaginer une histoire. J’éviterai donc d’être naïve. L’année dernière, je me reposais sur une plage banale, certainement pas fréquentée par des “people”, en compagnie d’amies. Et j’ai eu droit à deux pages de commentaires sur mon anatomie dans un magazine français bien connu, avec un titre du genre “Elle est ronde et elle assume”. J’ai compris que je ne pouvais pas compter sur mon physique.

Prendre de la distance par rapport à ce genre de choses est indispensable. Tout comme se retrouver dans ces éditions le moins possible. Les gens qui instrumentalisent leur vie privée pour exister ? Honteux. Grotesque. Je ne vais pas passer des vacances à Saint-Barth et me promener les seins nus.

Nous sommes déjà à l’époque des transferts de chaînes : y a t-il une tentative de séduction de TF1 à votre égard ?
Je préfère ne pas en parler. Disons qu’à chaque fin de saison, la chaîne qui m’emploie et les autres s’interrogent sur mon contrat, sur mes attentes, comme c’est le cas pour tous. Moi, j’accorde de l’importance à mes envies. Or, je trouve “La Nouvelle Star” assez unique. Je tiens à présenter des émissions que je cautionne et où je suis admirative du travail de l’équipe. Or, celle-ci a de la tenue ! Et puis, elle me laisse du temps pour me lancer dans d’autres activités. Je tourne des fictions, par exemple. “Off prime” n’ira pas plus loin, mais je bosse sur d’autres. M6 m’offre un équilibre créatif qui me plaît. Je ne suis pas une carriériste. Et puis, mes collègues me connaissent bien. Je peux choisir et refuser leurs propositions. Je ne ressens pas la soi-disant cruauté de ce métier. Dans ce milieu, on ne peut pas être guidé par la notoriété et par l’argent, car tout a une fin.

D’autres tournages avec François l’Embrouille sont-ils prévus (pour RTL-TVI) ?
Oui, je n’arrive pas à lui dire non. Nous enregistrerons dans deux semaines à peine.

Thème des prochaines séquences ?
Je ne sais pas si je peux le dire, mais bon, allez, on sera dans le Nord, c’est tendance, paraît-il (rires) ! Je sais d’avance que je vais me marrer avec lui, j’adore ce qu’il fait. Les Belges ont quelque chose de spécial, de décoincé, c’est indéniable. N’oublions pas aussi que je travaille avec Bibianne Godefroid, directrice des programmes de la chaîne, une Belge également. Cette femme de pouvoir garde une belle douceur en elle. Son autorité est fine. Sa simplicité est terrienne. Les Français nous aiment bien, nous les Belges.

Vous dit-on encore parfois que vous avez l’accent du pays ?
Oui, très souvent. Et en Belgique, on prétend que j’ai l’accent français ! Je donne deux bises, comme nos voisins, au lieu d’une, comme chez nous. De plus, je me fais souvent prendre en flagrant délit de belgicismes : j’ai parlé de “frigolite”, or, il s’agit de “polystyrène”. La façon de prononcer mes 8 restera de chez nous. Quand je m’énerve, je ne peux pas douter un seul instant que je suis une vraie Bruxelloise. C’est mignon, paraît-il…

Faites-vous encore beaucoup d’allers-retours entre les deux pays ?
Oui. Pour l’instant, je n’ai pas d’avenir professionnel dans notre plat pays, même si je garde des liens importants avec RTL. Je parle au moins une heure par jour de notre pays avec les Français. De notre petit royaume, divisé en deux communautés, on a tiré une certaine dérision, qui se révèle une force extraordinaire. Mais je ne crois pas que j’y reviendrai vivre. Ma carrière est ailleurs.

Avez-vous suivi les querelles linguistiques qui ont secoué notre Belgique, vous qui possédez une maison dans le Brabant flamand ?
Je ne peux vous donner un avis très poussé sur la question, mais je comparerais cette situation à une roue qui tourne : des gens qui ont été méprisés méprisent maintenant à leur tour. On peut trouver de nombreuses circonstances atténuantes à l’intolérance, mais elle est là quand même. L’Histoire ne la justifie pas. Je ne comprends pas pourquoi on a jamais enlevé la pancarte à Dilbeek “waar vlamingen zijn thuis”, par exemple. C’est du racisme !

M.-F.Adnet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Virginie Efira se met à nu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La nouvelle star saison 6 :: Archives :: Le jury :: Virginie Efira-
Sauter vers: